lundi, avril 20, 2020

121

La Bête 74, l'origine de la pandémie

1986, début des actes malveillants contre un schizoïde paranoîde qui possède des protections spéciales.Ce n'était pourtant que trop visible avec ce rébus: un Linceul, une Trilogie, Une Mitre....
1998, ces protections se rendent visibles
http://uneange.blogspot.com/
Une "liquidation"  interminable commencée dès 1986...terminée judiciairement en 2011!!!!
Un principe de précaution piétiné, ce n'est pas faute d'avoir prévenu depuis le début. 
Un égrégore mortel qui devient évident dès 1999 et la double catastrophe avant Mars et après Mars 1999. 
La pandémie....un touriste chinois dans la vallée de Chamonix en 2019. Un poltergeist a fait muter le Coronavirus qu'il portait sans savoir. Le COVID CHAMONIX 19 est né là.
Plus de 150 000 morts diagnostiqués à ce jour.... 
Mais pourquoi des poltergeists à la Chapelle Sainte Anne pour prévenir ?

dimanche, avril 19, 2020

05 45 ....20 20 ...combien reste t-il ?

C'est incroyable cet aveuglement. Je me demandais ce que voulait dire le poltergeist sur les mimosas, à la Chapelle Saint Anne, à Saint Tropez. C'était tout début février 2020...l'épidémie était encore loin de nous, le covid 19, personne n'en parlait ou presque. Là, avec le recul c'était clair sur les deux photos....


La France est bien à l'origine de la pandémie !

Un simple touriste chinois, probablement déjà porteur du virus, de passage à Chamonix à chopé égrégore mortel qui règne au pied du Mont Blanc depuis 1986. Et le coronavirus que portait ce touriste chinois a muté. De retour en Chine la pandémie a commencé. IL DOIT ETRE POSSIBLE DE RETROUVER CE PATIENT OOO1, venu à Chamonix dans l'été 2019.il a probablement survécu. il n'a probablement fait que servir d'hôte pour la mutation. 
Depuis 1986, je parle de la colère d'Achille. Il faut relire les classiques. Le phénomènes est très bien décrit par Homère. Des puissants se croient tout permis et s'en prennent à une personne qui possède des protections spéciales et convoitent ses biens. Les protections de cette personne spéciales interviennent et font des ravages jusqu'à réparation complète.

La France est sous le coup de deux condamnations mortelles pour les actes criminels commis par ses fonctionnaires et assimilés commis en Haute Savoie de 1986 à ce jour, contre l'alpiniste et guide Ivano ghirardini, mondialement conu pour ses premières.
-Tu ne seras pas pour ton frère un témoin mensonger.
- Tu ne convoiteras pas le bien d'autrui.
Ce sont les deux derniers articles des 10  commandements de base de Moîse. Les infractions sont caractérisées et le condamnations de la France et de ses ripoux criminels, malhonnêtes, malveillants, sordides, sont définitives. la Justice Athanatique a été rendue en Juin 1998 sous forme d'une salutation adressée directement à l'Alpiniste Ivano Ghirardini.

Depuis, les catastrophes s'enchainent, jusqu'à l'Apocalypse final. la France abrite bien la bête 74, la bête de l'Apocalypse. Rien n'est le fait du hasard. Et elle est sous le coup d'un aveuglement complet et d'un déni permanent.

Cet épisode Covid 19 n'est rien à coté de e qui va arriver. Ci dessous vous avez les preuves sous formes de poltergeists capté à la Chapelle Sainte Anne à Saint Tropez en 2019 et 2020. Si les apparitions sont capables de traverser des murs de béton et de faire des poltergeists photographiques, faire muter un virus, ne leur pose pas de problème. Mais pourquoi un touriste chinois? Tous les pays traversés par 45 50 sont en danger. Cela c'est une évidence depuis le début.


mercredi, juillet 01, 2015

Sècheresse, canicule, chaleur, incendies, ...c'est reparti et cela s'aggrave comme prévu.

La cause? la simple spoliation d'un schizo à Chamonix.

mardi, décembre 13, 2011

Quelques tiges de fragon au bord d'un chemin.

Ajouter une légende
Bonjour, bonjour, sous les nuages gris de décembre, les souffles d'airs froids venus des montagnes enneigées ou bien des grandes terres au nord. Quelques tiges de fragon au bord d'un chemin, une plante réputée porter chance.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fragon

Jean Henri Fabre, a composé en 1909 un poème à la gloire du faux houx:

"Verbouisset coupagnoun di mato ensouleiado,

Verbouisset superbe rampau


De la co-rousso e dou rigau


Que porton, coume tu, coulour de flamejado ;


O cerie sobde pastre, o glori de l'ivèr


Pèr ti poumeto roujo e toun fuiage verd !"


.../...

Excellente journée à Vous.
Ivano

lundi, août 01, 2011

Mauves des champs

Bonjour, bonjour, les premiers soleils d'août sont rassurants. Après les froidures et les grisailles de juillet, ils viennent comme pour dire "pouce", il est temps de faire une pause. François Hollande se présente comme le candidat "normal", c'est de l'humour. Les premiers soleils d'Aout sont des soleils "normaux", chaud mais pas brûlants, enfin de belles journées d'été.
Des petites fleurs de mauve sylvestre, de mauve des champs, de mauve "normale". Ces fleurs ont beaucoup de vertus apaisantes. Elles étaient utilisées depuis la plus haute antiquité pour soigner un peu tout et calmer. Une sorte de petit médicament universel, de médicament "normal".
Je joue avec ce mot de "normal" car vous l'aurez bien compris, il ne veut pas dire grand chose de concret. Qu'est ce qui est normal? Ce qui suit les normes, oui mais lesquelles et pour qui, pourquoi?
-Je suis normal , moi. Si c'est dit avec humour comme François Hollande, sans le prendre au sérieux, cela passe, cela peut même faire rire. Par contre, celui qui dirait cela en se prenant au sérieux, en croyant que c'est une vérité, ne serait-il pas le pire fou qui se puisse imaginer?
Ce serait le paradoxe de la folie. Les plus fous seraient en fait ceux qui se croient normaux, c'est à dire, et c'est effrayant, le plus grand nombre.
-Nous sommes le grand nombre, nous sommes des normaux parmi les normaux! Ainsi s'expriment les fous véritables, les fous qui foncent droit dans les murs de plomb, d'acier, de marbre, de papier.
Excellente journée à Vous, mes si chères Amies. Puissent les soleils "normaux" de ce début d'août illuminer votre âme d'une douce félicité.
Ivano




Cécile SAUVAGE (1883-1927)

La corbeille

Choisis-moi, dans les joncs tressés de ta corbeille,
Une poire d'automne ayant un goût d'abeille,
Et dont le flanc doré, creusé jusqu'à moitié,
Offre une voûte blanche et d'un grain régulier.
Choisis-moi le raisin qu'une poussière voile
Et qui semble un insecte enroulé dans sa toile.
Garde-toi d'oublier le cassis desséché,
La pêche qui balance un velours ébréché
Et cette prune bleue allongeant sous l'ombrage
Son oeil d'âne troublé par la brume de l'âge.
Jette, si tu m'en crois, ces ramures de buis
Et ces feuilles de chou, mais laisse sur tes fruits
S'entre-croiser la mauve et les pieds d'alouette
Qu'un liseron retient dans son fil de clochettes.

mercredi, juillet 13, 2011

Une aube d'été !

Un petit bouquet de lauriers de mon jardin.
Ce matin, il pleut enfin. C'est si agréable une belle pluie pour tout rafraichir. Les plantes, les grands arbres avaient très soif.
Excellente journée à vous mes Amies. Le ciel tonne et gronde. De beaux et lourds nuages sombres tempêtent. La nature est en fête.
Ivano


Arthur RIMBAUD (1854-1891)

Aube

J'ai embrassé l'aube d'été.

Rien ne bougeait encore au front des palais. L'eau était morte. Les camps d'ombres ne quittaient pas la route du bois. J'ai marché, réveillant les haleines vives et tièdes, et les pierreries regardèrent, et les ailes se levèrent sans bruit.

La première entreprise fut, dans le sentier déjà empli de frais et blêmes éclats, une fleur qui me dit son nom.

Je ris au wasserfall blond qui s'échevela à travers les sapins : à la cime argentée je reconnus la déesse.

Alors je levai un à un les voiles. Dans l'allée, en agitant les bras. Par la plaine, où je l'ai dénoncée au coq. A la grand'ville elle fuyait parmi les clochers et les dômes, et courant comme un mendiant sur les quais de marbre, je la chassais.

En haut de la route, près d'un bois de lauriers, je l'ai entourée avec ses voiles amassés, et j'ai senti un peu son immense corps. L'aube et l'enfant tombèrent au bas du bois.

Au réveil il était midi.

mardi, juillet 12, 2011

Akènes dans la nuit, akènes en partances...

Akènes du soir, bonsoir, bonsoir. Ils sont prêts à partir au gré des vents, ils sont en attente du souffle qui les emportera. Finalement ces akènes sont espoir. Pour vivre, il faut partir et chercher à prendre racines ailleurs. Un akène emporte avec lui la longue mémoire de sa famille, de son espèce, de son clan. A cela il ajoute le vécu de la plante et de la fleur mère. Une seule règle: s'adapter et survivre, donner la vie et transmettre l'héritage de la mémoire.

C'est ce qui est le plus fascinant dans l'observation de la nature, elle semble ne se poser aucune question et ne poursuivre qu'un seul but: vivre et ce peu importe la forme et les mutations. Ce n'est pas de l'existentialisme, ce n'est pas une nécessité, pas un hasard, pas même une destinée, non, c'est une chose simple venue de nulle part, venue de l'origine du monde, comme l'injonction:
"croissez et multipliez vous".
Pourquoi? Dans quel but? Ce n'est pas précisé. Il n'est pas nécessaire d'être conscient pour faire cela.
Des akènes dans la nuit. Ils frémissent mais ne s’envolent pas encore. Ils sont prêts pourtant. A quoi peuvent-ils bien "penser"?
Bonne soirée.
Ivano